Réforme de l’ISDS : nouvelle tentative de diversion de la Commission

, par AITEC

Quatre mois après la publication des résultats de la consultation publique sur le volet « Investissement » du traité transatlantique, la Commissaire au Commerce C. Malmström présentera demain ses propositions de réforme de l’arbitrage d’investissement au Conseil des ministres de l’UE.

On se souvient que les résultats de cette consultation s’étaient révélés désastreux pour la Commission puisque 97% des réponses s’étaient explicitement déclarées hostiles à la présence d’un mécanisme d’arbitrage Investisseur-État dans le futur accord.

Les gouvernements allemand et français, officiellement réservés sur un tel mécanisme, s’étaient également saisi du dossier et avaient pris l’engagement, lors d’une réunion des sociaux-démocrates européens à Madrid en février dernier, de faire des propositions de réforme susceptibles d’accoucher de « quelque chose de totalement neuf, qui n’ait plus rien à voir avec le mécanisme d’arbitrage d’aujourd’hui » [1].

De ces réflexions, il résulte :

  • la proposition transmise fin avril par S. Gabriel à la Commissaire Malmström, qui consiste en une formulation alternative type des chapitres Investissement des futurs traités de l’UE,
  • le « concept paper » de la Commissaire Malmström, diffusé hier, qui présente l’approche qu’elle défendra demain auprès des ministres du commerce des 28.

Les propositions de la DG Commerce sont construites autour des quatre axes de travail identifiés à l’issue de la consultation : 1) renforcer les garanties du droit des États à réguler, 2) réformer les tribunaux d’arbitrage eux-mêmes, 3) créer un mécanisme d’appel et 4) améliorer l’articulation entre arbitrage international et tribunaux nationaux.

Or notre verdict est sans appel après analyse : aucune des propositions ne répond aux enjeux soulevés lors de la consultation publique par les citoyens et un nombre croissant d’experts du droit.

Ces propositions reprennent en réalité largement les éléments contenus dans le texte de l’accord UE-Canada. En effet, celui-ci introduit déjà la possibilité de créer un mécanisme d’appel ; il amène quelques nouveautés concernant la qualification et la sélection des arbitres et prétend consolider le droit du législateur à réguler. On peut retrouver ici et ici les raisons détaillées pour lesquelles l’AITEC juge ces propositions très insuffisantes. En résumé :

  • Le droit à réguler des États ne fait l’objet d’aucune formulation précise, alors qu’il ne figure qu’au préambule, non contraignant, du CETA et que les notions de « traitement juste et équitable » et d’ « attentes légitimes » des investisseurs ne sont pas davantage circonscrites.
  • La création d’un registre d’arbitres jugés compétents par les deux parties ne résoudra pas le conflit d’intérêt inhérent à une mission payée au cas par cas. Il ne peut y avoir d’impartialité de la part d’arbitres dont le rôle fluctue selon les dossiers, entre arbitre et avocat des investisseurs, et dont la situation financière dépend directement du nombre et de la longueur de cas qui ne peuvent être initiés que une des deux parties.
  • La perspective d’un mécanisme d’appel - qui va dans le bon sens – n’est inscrite que sous la forme d’une « clause de rendez-vous » [2] dans les accords de l’UE avec le Canada et Singapour -, et n’est assortie d’aucun élément plus concret la rendant crédible.
  • L’obligation faite aux investisseurs étrangers de choisir entre juridictions nationales et arbitrage d’investissement continue de leur conférer un privilège à nul autre égalé dans le droit international. Aucun justiciable n’a le droit de choisir la juridiction qui lui sera la plus favorable. Les recours domestiques doivent être épuisés pour que puisse être invoquée un instance judiciaire internationale. Cela fait de l’ISDS, pourtant présenté comme un moyen de lutter contre la discrimination des investisseurs étrangers, un système profondément discriminatoire pour tous les autres justiciables.

La nouveauté principale du texte communiqué par la DG Commerce hier concerne en réalité la perspective d’une cour permanente de l’investissement, et la transformation des arbitres en juges nommés pour une période fixe, dans le cadre d’une juridiction internationale indépendante.

La proposition va dans la bonne direction sur le principe, mais outre qu’elle reste à l’état de vœu pieux pour l’heure, elle ne sera positive qu’à un certain nombre de conditions fortes :

  • le rééquilibrage du droit international de l’investissement exige des réformes de substance profondes : les clauses qui confèrent aux entreprises des droits exceptionnels sans aucune obligation symétrique doivent être supprimées et les droits humains définis par les conventions internationales doivent faire référence supérieure par rapport au droit commercial.
  • Une cour internationale permanente de l’investissement pourrait s’avérer utile si l’indépendance complète des juges y est garantie, ainsi que la transparence systématique et totale des procédures, l’accès de parties tiers à celles-ci et l’existence d’un mécanisme d’appel. L’accès à une telle cour ne doit être possible qu’après épuisement des recours domestiques.
  • L’accès des citoyens et de la puissance publique à la justice face aux entreprises est également un impératif incontournable afin de rendre le droit international juste et équitable. La réponse à cette préoccupation réside dans la création de mécanismes juridiques internationaux contraignants en dehors des traités de commerce et d’investissement, qui auront valeur universelle.

Reste enfin une difficulté majeure : pour la Direction Générale du Commerce, le texte du CETA est finalisé et son chapitre « Investissement » ne pourra plus évoluer dans sa substance, alors que certains États membres dont la France affirment souhaiter des améliorations de fond et qu’Ottawa n’entend pas rouvrir les discussions.
Mais la ratification du traité à Strasbourg est prévu fin 2015, début 2016 au plus tard, et ni Bruxelles ni Ottawa n’entendent repousser.

Les organisations de la société civile, en Europe comme au Canada, ont fait connaître de longue date leur refus de voir ratifié puis mis en œuvre l’accord UE-Canada dans son état actuel, et le chapitre Investissement fait incontestablement partie des aspects inacceptables du traité.

Nous poursuivrons donc l’interpellation des parlementaires et des eurodéputés français afin qu’ils saisissent les enjeux du débat sur l’ISDS, et qu’ils prennent la mesure des inquiétudes des citoyens et qu’ils refusent de ratifier CETA.
Et nous participerons à toutes les mobilisations qui permettront de réaffirmer notre opposition à CETA et TTIP tels qu’ils sont aujourd’hui engagés.

Retrouvez également le texte de position du réseau Seattle to Brussels ici.

Photo : Cécilia Malmström par Johannes Jansson

Nous suivre

AGENDAToutes les dates

Audio/VidéoTous les documents

  • Théâtre "Changement Climatique : de l’Or en Barre"

    , par AITEC

    CHANGEMENT CLIMATIQUE : DE L’OR EN BARRE Une création de la compagnie TAF Théâtre Une initiative de l’Aitec en partenariat avec Attac.
    Cette pièce aborde les enjeux de changement climatique, du pouvoir des multinationales et de la mobilisation citoyenne, dans le cadre de la (...)

  • La face cachée des accords d’investissement

    , par AITEC

    Comment des tribunaux internationaux forcent nos gouvernements à payer les entreprises avec notre argent.
    Vidéo produite par le Transnational Institute (TNI) sur la face cachées des accords d’investissements et leurs conséquences en termes de démocratie, d’inégalité et de droits (...)

  • Entretien de l’Aitec à RFI sur les enjeux du PTCI

    , par AITEC

    La seconde session de négociations sur le PTCI entre l’Union Européenne et les Etat-Unis s’est tenue à Bruxelles du au novembre.
    A cette occasion, l’Aitec a répondu à une interview de RFI sur les dangers qu’un tel accord engendrerait pour les populations et (...)

  • #19o Vidéo pour la Journée européenne d’actions pour le droit au logement et à la ville

    , par AITEC

    La coordination européenne d’actions pour le droit au logement et à la ville et contre la spéculation appelle à une journée d’action en Europe pour lutter pour le droit au logement et à la ville, contre le logement cher et contre l’austérité ! Construisons une Europe sociale, qui garantisse le droit au logement pour toutes et tous ! Unissons nos forces pour transformer le logement, les terres et les villes en biens communs ! Montrons notre volonté collective de construire une force d’opposition au niveau européen pour des conditions de logement digne avec des actions le 19 octobre !

    Confronté-e-s à ce régime brutal d’austérité européenne qui continue de transformer nos vies en des biens financiers de spéculation globale, violant chaque jour le droit universel au logement, détruisant la démocratie à tous les niveaux et ne présentant aucune solution socialement acceptable à la crise du capitalisme, nous partageons l’orientation commune que l’alternative nécessaire à ce barbarisme ne peut être construite qu’à travers des mouvements sociaux élargis pour une intégration sociale européenne alternative.

    À Amsterdam, Athènes, Berlin, Budapest, Dublin, Düsseldorf, Genève, Lisbonne, Lorient, Malaga, Milan, Paris, Poznan, Rotterdam, Rouen, Rome, Toulouse, et Varsovie des actions auront lieu pour dénoncer la spéculation et pour exiger au niveau national et européen le respect et l’application du droit au logement pour toutes et tous.

    PARIS – SAMEDI 19 OCTOBRE RDV 14h – Place de la République

    Blog : http://europeandayofactionforhousingrights.wordpress.com/
    Facebook : https://www.facebook.com/pages/Oct-19th-European-Day-of-Action-for-Housing-Rights/1402919649939067 et inscrivez-vous à l’événement : https://www.facebook.com/events/460204120759718/
    Twitter : #HousingforPeople et #19o