Conférence de Nairobi : l’échec du Cycle de Doha peut-il faire couler l’OMC ?

, par AITEC

Climat puis commerce... Trois jours après l’obtention, à Paris, d’un accord ultra-controversé sur le changement climatique, arraché par ailleurs aux forceps et dépourvu de tout langage contraignant, l’OMC ouvrait le 15 décembre dernier la Conférence ministérielle de Nairobi rassemblant ses 162 membres, dans l’espoir (bien mince) de désensabler les négociations commerciales multilatérales du Cycle dit « de Doha » entamé en 2001.
Or tout comme la COP21 de Paris, la « Ministérielle » de Nairobi pose des question cardinales : faut-il continuer de défendre le multilatéralisme envers et contre tout ? Comment penser aujourd’hui un gouvernement démocratique, juste et durable du monde ? Les instances internationales censées répondre aux questions clés de gouvernance internationale, tracer des perspectives d’avenir pour notre planète et définir les conditions justes de nos relations commerciales, semblent, au mieux, inutiles pour traiter ces questions, quand elles ne se révèlent pas tout simplement nuisibles au respect des droits des humains et de la planète.

A Nairobi, confronté à des mutations que ses structures et ses fonctionnements n’ont jamais enregistrées, face à une crise planétaire qu’il se refuse à prendre en compte, le système commercial multilatéral pourrait bien arriver à la fin d’une histoire... sans que personne n’ait beaucoup à y regretter.

Le 18 décembre 2015

Du 15 au 18 décembre se tient à Nairobi la 10ème Conférence ministérielle de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), qui « célèbre » les 20 ans de l’institution internationale. Alors que cette conférence marque également les 14 ans du lancement du « Cycle de Doha », l’enjeu central de Nairobi semble tout simplement la survie de l’organisation créée par l’Accord de Marrakech1. La perspective que les acteurs clés du débat s’accordent sur un ensemble de mesures qui justifierait son existence même, et la poursuite des négociations pour une libéralisation multilatérale du commerce, semble en effet infime. L’OMC paraît en état de « mort cérébrale » depuis 10 ans et seules les menues avancées de Hong Kong2 et l’Accord sur la facilitation du commerce peuvent être portés à son crédit.

Après des échecs à répétition, sauf arrangements techniques marginaux, la Ministérielle de 2013 à Bali avait abouti à la conclusion de l’Accord sur la facilitation du commerce, qui limite et simplifie les procédures et formalités douanières pour les entreprises à l’export. Un accord vivement souhaité par les pays industrialisés pour faciliter la vie de leurs entreprises exportant dans les pays en développement et se plaignant des surcoûts engendrés par ce type d’obligations. Mais deux ans plus tard cet accord n’est pas encore entré en vigueur : seuls 56 pays l’ont ratifié, et les deux-tiers des membres de l’organisation doivent avoir achevé leur processus de ratification interne pour qu’il devienne effectif.

Depuis lors, rien n’a évolué.
Lire la note d’analyse dans son ensemble

Nous suivre

AGENDAToutes les dates

Audio/VidéoTous les documents

  • Théâtre "Changement Climatique : de l’Or en Barre"

    , par AITEC

    CHANGEMENT CLIMATIQUE : DE L’OR EN BARRE Une création de la compagnie TAF Théâtre Une initiative de l’Aitec en partenariat avec Attac.
    Cette pièce aborde les enjeux de changement climatique, du pouvoir des multinationales et de la mobilisation citoyenne, dans le cadre de la (...)

  • La face cachée des accords d’investissement

    , par AITEC

    Comment des tribunaux internationaux forcent nos gouvernements à payer les entreprises avec notre argent.
    Vidéo produite par le Transnational Institute (TNI) sur la face cachées des accords d’investissements et leurs conséquences en termes de démocratie, d’inégalité et de droits (...)

  • Entretien de l’Aitec à RFI sur les enjeux du PTCI

    , par AITEC

    La seconde session de négociations sur le PTCI entre l’Union Européenne et les Etat-Unis s’est tenue à Bruxelles du au novembre.
    A cette occasion, l’Aitec a répondu à une interview de RFI sur les dangers qu’un tel accord engendrerait pour les populations et (...)

  • #19o Vidéo pour la Journée européenne d’actions pour le droit au logement et à la ville

    , par AITEC

    La coordination européenne d’actions pour le droit au logement et à la ville et contre la spéculation appelle à une journée d’action en Europe pour lutter pour le droit au logement et à la ville, contre le logement cher et contre l’austérité ! Construisons une Europe sociale, qui garantisse le droit au logement pour toutes et tous ! Unissons nos forces pour transformer le logement, les terres et les villes en biens communs ! Montrons notre volonté collective de construire une force d’opposition au niveau européen pour des conditions de logement digne avec des actions le 19 octobre !

    Confronté-e-s à ce régime brutal d’austérité européenne qui continue de transformer nos vies en des biens financiers de spéculation globale, violant chaque jour le droit universel au logement, détruisant la démocratie à tous les niveaux et ne présentant aucune solution socialement acceptable à la crise du capitalisme, nous partageons l’orientation commune que l’alternative nécessaire à ce barbarisme ne peut être construite qu’à travers des mouvements sociaux élargis pour une intégration sociale européenne alternative.

    À Amsterdam, Athènes, Berlin, Budapest, Dublin, Düsseldorf, Genève, Lisbonne, Lorient, Malaga, Milan, Paris, Poznan, Rotterdam, Rouen, Rome, Toulouse, et Varsovie des actions auront lieu pour dénoncer la spéculation et pour exiger au niveau national et européen le respect et l’application du droit au logement pour toutes et tous.

    PARIS – SAMEDI 19 OCTOBRE RDV 14h – Place de la République

    Blog : http://europeandayofactionforhousingrights.wordpress.com/
    Facebook : https://www.facebook.com/pages/Oct-19th-European-Day-of-Action-for-Housing-Rights/1402919649939067 et inscrivez-vous à l’événement : https://www.facebook.com/events/460204120759718/
    Twitter : #HousingforPeople et #19o