Monnaie et hégémonie, la parabole du jeune homme amateur de bijoux - Michel Doucin - 2004

, par Michel Doucin

La question de la monnaie de référence dans les relations internationales et celle du déséquilibre de la balance des paiements du pays dont la monnaie est principale instrument de réserve sont parmi les plus complexes qu’ait à traiter la science économique. En effet, il nous est difficile de nous abstraire de notre condition de pauvres citoyens qui surveillons fébrilement nos comptes bancaires, angoissés à la perspectives d’être jamais à découvert, et de nous projeter dans un univers fabuleux où vivre avec un gigantesque découvert arrange tout le monde.

La première étape conceptuelle à franchir est de penser que la monnaie n’est qu’un fiction, comme l’atteste le fait que l’essentiel de la masse monétaire, à l’échelle d’un pays est constitué, non de billets et pièces, mais de simples écritures comptables, dites « scripturales », sans aucune référence à l’existence d’un stock de richesses (or ou autre) sur lequel elles seraient gagées. On demande simplement aux banques, qui autorisent une grande partie de ces écritures (mais de moins en moins car se développe beaucoup plus vite l’activité bancaire interne des entreprises multinationales accompagnant leurs activités de production, 1/3 des échanges mondiaux) de respecter un ratio très bas, de l’ordre de 15 %.

La seconde étape conceptuelle est de penser qu’un pays a la chance que sa monnaie soit nécessaire, comme unité de valeur, à l’ensemble du système des échanges mondiaux, de même que le mètre étalon est indispensable aux scientifiques, et que pour cela, il faut qu’il vive au dessus de ces moyens.

Alfred Sauvy a, dans « La machine à chômage », donné une anecdote qui, transposée à notre sujet, en donne une compréhension intuitive assez bonne.

Un jeune homme entre dans un bijouterie et achète une bague de 10. 000 dollars qu’il paie avec un chèque ; le bijoutier, satisfait de cette recette, achète une voiture qu’il désirait, depuis quelques temps déjà et endosse, à cet effet le chèque. Le garagiste heureux achète un mobilier pour sa chambre et endosse, lui aussi, le chèque. Et le circuit se produit jusqu’au 10ème possesseur du chèque, qui n’acquiert rien, présente le chèque à la banque et apprend qu’il est sans provision.

Les dix commerçants se réunissent et décident de se partager en parties égales la perte de 10.000 dollars : chacun doit perdre 1000 dollars et s’y résigne. Le bijoutier annonce, cependant, qu’il ne perdra pas 1000 dollars, car la vente lui a permis de gagner 2000 dollars. Il gagne, net 1000 dollars.

Chacun s’aperçoit alors qu’il est dans le même cas. Ainsi, les dix commerçants ont gagné chacun 1000 dollars. En outre, le jeune homme a eu une bague pour rien.

Aujourd’hui, si on ne peut plus endosser de chèque en France, n’étant qu’un simple particulier, par contre les banques peuvent toujours le faire. C’est ce qu’elles font couramment.

Dès lors, nous pouvons dire que le jeune homme, c’est la Réserve fédérale américaine et que les commerçants, ce sont les banques centrales des pays qui utilisent le dollar comme monnaie de référence principale, c’est-à-dire, le reste du monde. La Fed émet des chèques sans provision en dollars sous forme d’un déficit de sa balance des paiements (résultant éventuellement d’un déficit du budget de l’Etat, comme actuellement), ce qui arrange tout le reste du monde qui peut s’en servir pour des transactions financières qui, à chaque étape, dégagent la valeur ajoutée liée aux processus productifs, et finalement des revenus pou les particuliers.

Le système est immoral si on pense que le jeune homme ne devrait pas impunément s’enrichir d’une bague ; moral si on voit dans le système international actuel un jeu d’argent qui a besoin d’un caissier en chef.

Deux solutions : soit on change de caissier en chef, c’est ce qu’essaie peut-être de faire l’eurozone en laissant s’apprécier fortement sa monnaie ; soit on invente un autre système, tel que la monnaie de référence, étape conceptuelle supplémentaire à franchir, ne serait d’aucun pays, une monnaie internationale en soi (Keynes l’avait suggéré). Mais sans doute la solution deux n’est-elle réaliste qu’une fois la solution un au moins partiellement réalisée, car le jeune homme n’a aucune envie de payer vraiment sa bague, en l’occurrence, l’US Army, le système de recherche public américain, la NASA, bref un système impérial dont il est convaincu qu’il est bénéfique au reste du monde et que celui-ci doit le payer.

Reste une question : il y a peut-être des commerçants qui dégagent des marges bénéficiaires si faibles, qu’ils perdent lorsqu’ils se cotisent pour rembourser les frasques du jeune homme prodigue ? C’est sans doute vrai, mais cela demande approfondissement ; quid en effet des effets de la zone franc-euro sur les économies africaines aujourd’hui ?

Un sujet à creuser. Cherche économistes sans œillères pour ce faire.

Nous suivre

AGENDAToutes les dates

Audio/VidéoTous les documents

  • Théâtre "Changement Climatique : de l’Or en Barre"

    , par AITEC

    CHANGEMENT CLIMATIQUE : DE L’OR EN BARRE Une création de la compagnie TAF Théâtre Une initiative de l’Aitec en partenariat avec Attac.
    Cette pièce aborde les enjeux de changement climatique, du pouvoir des multinationales et de la mobilisation citoyenne, dans le cadre de la (...)

  • La face cachée des accords d’investissement

    , par AITEC

    Comment des tribunaux internationaux forcent nos gouvernements à payer les entreprises avec notre argent.
    Vidéo produite par le Transnational Institute (TNI) sur la face cachées des accords d’investissements et leurs conséquences en termes de démocratie, d’inégalité et de droits (...)

  • Entretien de l’Aitec à RFI sur les enjeux du PTCI

    , par AITEC

    La seconde session de négociations sur le PTCI entre l’Union Européenne et les Etat-Unis s’est tenue à Bruxelles du au novembre.
    A cette occasion, l’Aitec a répondu à une interview de RFI sur les dangers qu’un tel accord engendrerait pour les populations et (...)

  • #19o Vidéo pour la Journée européenne d’actions pour le droit au logement et à la ville

    , par AITEC

    La coordination européenne d’actions pour le droit au logement et à la ville et contre la spéculation appelle à une journée d’action en Europe pour lutter pour le droit au logement et à la ville, contre le logement cher et contre l’austérité ! Construisons une Europe sociale, qui garantisse le droit au logement pour toutes et tous ! Unissons nos forces pour transformer le logement, les terres et les villes en biens communs ! Montrons notre volonté collective de construire une force d’opposition au niveau européen pour des conditions de logement digne avec des actions le 19 octobre !

    Confronté-e-s à ce régime brutal d’austérité européenne qui continue de transformer nos vies en des biens financiers de spéculation globale, violant chaque jour le droit universel au logement, détruisant la démocratie à tous les niveaux et ne présentant aucune solution socialement acceptable à la crise du capitalisme, nous partageons l’orientation commune que l’alternative nécessaire à ce barbarisme ne peut être construite qu’à travers des mouvements sociaux élargis pour une intégration sociale européenne alternative.

    À Amsterdam, Athènes, Berlin, Budapest, Dublin, Düsseldorf, Genève, Lisbonne, Lorient, Malaga, Milan, Paris, Poznan, Rotterdam, Rouen, Rome, Toulouse, et Varsovie des actions auront lieu pour dénoncer la spéculation et pour exiger au niveau national et européen le respect et l’application du droit au logement pour toutes et tous.

    PARIS – SAMEDI 19 OCTOBRE RDV 14h – Place de la République

    Blog : http://europeandayofactionforhousingrights.wordpress.com/
    Facebook : https://www.facebook.com/pages/Oct-19th-European-Day-of-Action-for-Housing-Rights/1402919649939067 et inscrivez-vous à l’événement : https://www.facebook.com/events/460204120759718/
    Twitter : #HousingforPeople et #19o