AEC FranceAitecAmorcesCedetimCedidelpEchanges et Partenariats
Logo Aitec

En

|

Es

|

Pt

|

De

aitec
Un réseau de professionnels, de chercheurs et de citoyens engagés dans le mouvement social. Une expertise citoyenne et des propositions alternatives sur l'urbain, les services publics et le financement du développement.

Publications

Accueil du site > Les activités de l’Aitec > Publications > Cahiers Voltaire


"Faut-il réinventer la poudre ou bien creuser le sillon ?" Pour une politique de la ville refondatrice de la démocratie - 1996

Ce texte retrace la réflexion de l’auteur sur l’évolution de la politique de la ville à travers ses tentatives d’expérimentation d’une démocratie locale dans l’exercice de l’amélioration des services publics de quartier.

L’auteur considère que les dysfonctionnements des services publics au niveau des quartiers en difficultés et les échecs des tentatives de rénovation proviennent de l’absence d’une démarche de démocratie locale qui s’appuierait véritablement sur une demande sociale élaborée par les populations à leur contact.

En effet, l’ensemble des tentatives d’adaptation des services publics à ses quartiers a toujours été basée sur une logique d’élaboration des transformations en amont, livrées aux agents et aux populations concernées qui devaient les accepter telles quelles. Lors du développement social du quartier du Val Fourré à Mantes-la-Jolie, c’est ce type de pratique qui était à l’oeuvre : une addition de démarches séparées, une absence de coopération entre les institutions chargées de mettre en oeuvre la prestation, une insuffisante motivation et responsablisation des agents au contact des populations.

La thèse de l’auteur, qui s’est dégagée à mesure de ces interventions, était qu’il fallait reconstruire le service public à partir d’une démarche d’élaboration d’une demande sociale qui proviendrait d’un travail commun des populations de ces quartiers et des agents à leur contact.

Les expériences menées depuis 1993 doivent leur succès à la transformations des rapports entre agents et populations à travers la création de lieux de coopération et de confrontation de leurs paroles, la professionnalisation du public concerné et les changements des pratiques des services.

Cependant ces démarches ne peuvent servir de matrice à une transformation. des rapport Etat/société. Prises en compte extra-localement, elles donnent lieu à un changement |des modes de prises de décision d’une manière "verticale descendante", vers un principe "horizontal remontant" démocratique qu’il s’agirait de promouvoir.