Mini-ministérielle de l’OMC à Genève : Pourquoi l’agenda commercial de l’UE est-il condamné à l’échec ? Juillet 08

, par AITEC

Bruxelles, 18 Juillet 2008 –
Communiqué de Presse du réseau Seattle to Brussels

Aujourd’hui les organisations de la société civile et les mouvements sociaux européens membres du réseau Seattle to Brussels expriment leurs inquiétudes profondes face aux positions de l’Union européenne dans cette phase préparatoire de la Mini-ministérielle de l’OMC prévue
à Genève la semaine prochaine.

Des ministres de douzaines de pays, dont les USA, l’Union européenne, le Brésil, l’Inde, l’Indonésie, les Philippines, l’Afrique du Sud, le Kenya et l’Egypte, se rencontreront à Genève à partir du 21 juillet pour tenter de conclure le Cycle de Doha. Après des années de négociations, de ministérielles échouées, de nouveaux départs, c’est leur “dernière chance” avant que le Président Bush ne quitte ses fonctions.
Les ministres veulent achever ce cycle défaillant quitte à écarter du débat des priorités cruciales à l’échelle globale, telles que la crise alimentaire, le réchauffement climatique, la pauvreté ou encore la
dette.

S’il est conclu, ce cycle de négociations faussement dénommé “Cycle du développement” profitera aux multinationales et aura des conséquences profondément négatives sur les travailleurs, les paysans, les femmes, les consommateurs et l’environnement.

- Les pertes d’emplois et la désindustrialisation s’accéleront et le développement sera davantage entravé à long terme. Les pays riches demandent que les pays en développement leur offrent un nouvel accès à leur marché, ce qui signifie pour ces derniers d’importantes coupures tarifaires sur les biens transformés et les ressources naturelles.

- Les conditions de vie des paysans, la sécurité alimentaire et le développement rural seront soumis à une pression encore plus forte. Les USA et l’Europe continuent de subventionner leur agro-business
exportateur, et dans le même temps combattent des protections absolument fondamentales pour des millions de paysans dans les pays en développement. C’est inacceptable dans un contexte de crise alimentaire globale.

- La privatisation et la dérégulation des services seront exacerbées, notamment dans des secteurs clés comme la finance et l’énergie, réduisant ainsi l’accès à ces services autant que leur contrôle démocratique. L’instabilité récente des marchés mondiaux démontre au contraire le besoin d’interventions publiques et d’une surveillance des marchés financiers et non-financiers.

- Les efforts internationaux effectués pour endiguer le changement climatique seront ruinés par un renforcement des règles de l’OMC, qui promeut l’expansion du commerce mondial comme une fin en soi, sans considération pour les impacts sur le climat, la biodiversité et les ressources naturelles. Les pays les plus pauvres seront les plus grands perdants. Les projections économiques d’un accord potentiel sur le Cycle de Doha, effectuées par plusieurs think tanks et même par la Banque mondiale, montrent que les coûts des suppressions d’emploi, des pertes de marge de manoeuvre politique et la chute des revenus douaniers depasseront de loin les supposés “bénéfices” de ce “Cycle du
développement”.

Pour toutes ces raisons, les ONG, mouvements et organisations membres du réseau Seattle to Brussels sont profondément inquiètes à l’approche de la mini-ministérielle à venir.

L’Union européenne, par la voix de son Commissaire au commerce Peter Mandelson, poursuit ses demandes injustes et insoutenables aux pays émergents et aux pays en développement.
D’autre part, par delà toutes les paroles sur l’Europe “qui protège” propagées par l’actuel Président du Conseil de l’UE N. Sarkozy, l’UE continue de promouvoir un système agricole insoutenable, qui sert
principalement les intérêts de l’industrie européenne agro-alimentaire, sans considération pour les conditions de vie et la souveraineté alimentaire des petits paysans d’Europe ou du Sud.
Du point de vue de la Commission européenne, les quelques concessions acceptées par l’Union européenne dans les négociations agricoles devraient être compensées, du côté des pays émergents,
par des coupures tarifaires dans le secteur des services et des biens industriels. Mais ces propositions ne créeront ni emplois décents ni développement durable en Europe ou au Sud ; en Europe comme
dans les pays en développement, ils affecteront au contraire les populations les plus fragiles.

Approfondir la dérégulation de la production alimentaire et du commerce ne constitue pas une réponse à l’actuelle crise alimentaire, énergétique et environnementale ; au contraire, cela aggravera les inégalités
à la fois au niveau global et à l’échelle locale.

La conclusion du Cycle de Doha renforcerait et légitimerait des approches et des politiques qui ont pourtant montré leur inefficacité et leur capacité de nuisance pour les paysans, les travailleurs, les consommateurs et l’environnement aussi bien en Europe que dans les pays du Sud.

Dans la perspective de ce CAGRE extraordinaire prévu le 18 Juillet et tout au long de la semaine prochaine à Genève, nous pressons la Commission européenne et les Etats membres de l’UE d’admettre les échecs du vieux credo du libre-échange et de la compétitivité, et d’initier de nouvelles politiques commerciales qui soutiendront la souveraineté alimentaire, des sociétés durables, un partage juste des richesses et l’accès universel aux biens communs.

Nous suivre

AGENDAToutes les dates

Audio/VidéoTous les documents

  • Théâtre "Changement Climatique : de l’Or en Barre"

    , par AITEC

    CHANGEMENT CLIMATIQUE : DE L’OR EN BARRE Une création de la compagnie TAF Théâtre Une initiative de l’Aitec en partenariat avec Attac.
    Cette pièce aborde les enjeux de changement climatique, du pouvoir des multinationales et de la mobilisation citoyenne, dans le cadre de la (...)

  • La face cachée des accords d’investissement

    , par AITEC

    Comment des tribunaux internationaux forcent nos gouvernements à payer les entreprises avec notre argent.
    Vidéo produite par le Transnational Institute (TNI) sur la face cachées des accords d’investissements et leurs conséquences en termes de démocratie, d’inégalité et de droits (...)

  • Entretien de l’Aitec à RFI sur les enjeux du PTCI

    , par AITEC

    La seconde session de négociations sur le PTCI entre l’Union Européenne et les Etat-Unis s’est tenue à Bruxelles du au novembre.
    A cette occasion, l’Aitec a répondu à une interview de RFI sur les dangers qu’un tel accord engendrerait pour les populations et (...)

  • #19o Vidéo pour la Journée européenne d’actions pour le droit au logement et à la ville

    , par AITEC

    La coordination européenne d’actions pour le droit au logement et à la ville et contre la spéculation appelle à une journée d’action en Europe pour lutter pour le droit au logement et à la ville, contre le logement cher et contre l’austérité ! Construisons une Europe sociale, qui garantisse le droit au logement pour toutes et tous ! Unissons nos forces pour transformer le logement, les terres et les villes en biens communs ! Montrons notre volonté collective de construire une force d’opposition au niveau européen pour des conditions de logement digne avec des actions le 19 octobre !

    Confronté-e-s à ce régime brutal d’austérité européenne qui continue de transformer nos vies en des biens financiers de spéculation globale, violant chaque jour le droit universel au logement, détruisant la démocratie à tous les niveaux et ne présentant aucune solution socialement acceptable à la crise du capitalisme, nous partageons l’orientation commune que l’alternative nécessaire à ce barbarisme ne peut être construite qu’à travers des mouvements sociaux élargis pour une intégration sociale européenne alternative.

    À Amsterdam, Athènes, Berlin, Budapest, Dublin, Düsseldorf, Genève, Lisbonne, Lorient, Malaga, Milan, Paris, Poznan, Rotterdam, Rouen, Rome, Toulouse, et Varsovie des actions auront lieu pour dénoncer la spéculation et pour exiger au niveau national et européen le respect et l’application du droit au logement pour toutes et tous.

    PARIS – SAMEDI 19 OCTOBRE RDV 14h – Place de la République

    Blog : http://europeandayofactionforhousingrights.wordpress.com/
    Facebook : https://www.facebook.com/pages/Oct-19th-European-Day-of-Action-for-Housing-Rights/1402919649939067 et inscrivez-vous à l’événement : https://www.facebook.com/events/460204120759718/
    Twitter : #HousingforPeople et #19o