AITEC
Bouton menu

Journée mondiale Stop EPA du 27 septembre : les organisations françaises se mobilisent

Publié par Collectif d’organisations, le 5 octobre 2008.

Commerce et développement Accords de Partenariats Economiques (APE) UE-ACPUnion européenneNégociations commerciales



Partager :

bouton facebook bouton twitter Bouton imprimer

Le 27 septembre 08 a eu lieu la journée mondiale de mobilisation "Stop EPA !". Cette journée a marqué le sixième anniversaire du début des négociations d’Accords de Partenariat Economique entre l’Union et Européenne et les pays ACP. A cette occasion, de nombreuses organisations européennes et africaines se sont mobilisées pour dénoncer le contenu de ces accords et les pressions exercées par la Commission Européenne lors des négociations avec ses partenaires ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique).

Sous prétexte d’un « partenariat pour le développement », l’UE réintroduit au travers des APE le programme de libre-échange de l’Organisation Mondiale du Commerce. Alors que le cycle de Doha à l’OMC a de nouveau échoué durant l’été, l’UE multiplie les négociations d’accords bilatéraux et cherche même à aller plus loin et à obtenir des accords "OMC +" -c’est-à-dire des accords qui incluent également les services, les investissements et les droits de propriété intellectuelle alors que ces questions avaient été écartées à l’OMC par les pays en développement.

La Commission Européenne refuse toute concession et exerce des pressions politiques et économiques pour obtenir la signature d’accords.

Elle n’a pour le moment obtenu la signature que d’un seul accord bi-régional :l’accord signé avec le CARIFORUM le 15 octobre dernier - et cela au prix de pressions sur le Guyana qui ne souhaitait pas s’associer à un accord complet (Pour en savoir plus à ce sujet, lire le communiqué en bas de page).
Cet accord UE-CARIFORUM ne contient aucun élément en faveur du développement de la région Caraïbes, il se contente d’ouvrir les marchés de la région aux exportations, services et investissements européens. Il serait désastreux que cet accord serve de référence pour les prochains accords que l’UE souhaite conclure.

Avec ces APE, les objectifs d’éradication de la pauvreté et de développement durable, proclamés dans l’accord de Cotonou, sont balayés au nom de la libéralisation du commerce et de l’investissement.

Les organisations de solidarité internationale française ont donc rappelé leur rejet de ces accords, qui en aucun cas ne sont au service du développement des pays ACP. Elles ont également exprimé leur solidarité avec les résistances des mouvements citoyens du Sud qui se mobilisent pour mettre en échec ces négociations et remettre le développement au centre du partenariat entre l’UE et les pays ACP.

L’Aitec et ses partenaires ont organisé le mercredi 24 octobre une table ronde à l’Assemblée nationale : « Accords de partenariat économique et accords de libre-échange entre l’UE et les pays en développement : quelles propositions alternatives des mouvements sociaux et citoyens ? ».
Cette table ronde était construite en deux temps :
 La stratégie Global Europe et les accords de libre-échange entre l’UE et les pays en développement
 APE, situation et perspectives

Vous trouverez ci-dessous les notes de cette table ronde (ce sont les notes à l’état brut, une synthèse sera disponible dans quelques jours).

 Visiter le site de la campagne mondiale sur les APE

Voir les campagnes d’Oxfam France sur les APE :
 APE : l’OMC en pire
 Imposer n’est pas négocier

Documents à télécharger

  Appel international   table ronde APE et Global Europe - 24 septembre 08   Signature des Accords de partenariat conomique (APE) CARIFORUM – Union europenne


Sur le même thème

Commerce et développement

Accord UE-Mercosur Première analyse de « l’instrument conjoint » proposé par Bruxelles

Commerce et développement

BREAKING : Accord-UE-Mercosur – Révélation d’un document secret

Commerce et développement

Accord UE-Mercosur : opacité, secret et manque de transparence.

Commerce et développement

L’accord de libéralisation du commerce UE-Mercosur n’est pas mort