AITEC
Bouton menu

Les journées d’été d’Alterinter - juillet 2006

Publié par , le 4 octobre 2007.





Partager :

bouton facebook bouton twitter Bouton imprimer

Ipam, depuis 2007, est engagée dans le réseau Alternatives Internationales
Après les journées d’été d’Ipam en 2005 en Bourgogne, nous avons organisé les journées d’été du réseau Alternatives internationales. Elles se sont déroulées les 2, 3 et 4 juillet à Lille en amont de l’université d’été du Crid (du 5 au 8 juillet).
Le réseau Alternatives internationales est composé d’une dizaine d’organisations de solidarité internationale au Québec, au Brésil, en Inde, au Niger et au Mali, en Afrique du Sud, au Maroc, en Israël et en Palestine et en France avec Ipam et Alternatives internationales France.

Ces journées ont fourni le premier cadre de rencontre des membres de ce réseau en Europe.

Le thème choisi pour ces rencontres : "Altermondialisme et politique", a été décliné en plusieurs axes :

 Le mouvement « altermondialiste » face à la mondialisation, « bilan et perspectives des forums sociaux ».

 L’articulation entre le mouvement social et altermondialiste et les différentes formes du politique.

 Le projet d’Alter Inter et sa mise en œuvre stratégique et organisationnelle.

Ces trois jours ont été un moment de rencontre, d’échange de pratiques et de formation ouvert, un temps fort de structuration du réseau et de création de nouvelles synergies et de futurs partenariats, un espace de débat autour du thème "Altermondialisme et politique".

Par ailleurs, dans ce cadre, Ipam, en partenariat avec le DAL-Lille a organisé un Débat/apéro/slam sur le thème « Révoltes urbaines : une nouvelle donne politique ? 8 mois plus tard : quelles perspectives ? »

Ipam avait proposé un dossier sur le vif finalisé en décembre 2005 sur le « soulèvement » qui a eu lieu dans les banlieues populaires françaises fin octobre début novembre 2005.

Au sein du mouvement social et citoyen, il ne fait pas de doute que les événements de novembre avaient révélé une fois de plus l’ampleur de la crise sociale en France. Au-delà de ce point d’entente, les débats ont cristallisé un certain nombre de désaccords sur l’analyse : des violences et de leur légitimité, de la nature des oppressions en jeu, de la place du passé colonial de la France dans l’exclusion massive de sa population originaire des anciennes colonies d’Afrique et des Antilles, de la nature de l’actuel « modèle républicain » français, de la politique de la ville, etc.
Cette table ronde, composée d’acteurs associatifs, de chercheurs, de militants, de professionnels et d’habitants, a mis en discussion, 8 mois plus tard, des éléments de bilan sur le contenu politique des événements de novembre 2005, mais aussi (et surtout) sur notre capacité à renouveler nos analyses et nos pratiques et à collectivement créer du changement social.

Pour le programme complet, voir le document ci joint

Documents à télécharger

  Le programme des journes d’alterinter